facebookinstagramyoutuberssrss

mintzalasai

Actu de l'euskara #topaketa #rencontre

Amets, rêver en euskara

Nous avons rencontré Amets Perez (1998) à l’Université de Baiona. Jusqu’à peu, il y étudiait. Aujourd’hui, il a endossé le rôle inverse, il enseigne à la Gau Eskola (cours de basque pour adultes) de Biarritz.

Euskaraz irakurri

22 Janvier 2021

Tu étais étudiant à Baiona et maintenant tu es enseignant à Biarritz… Raconte-nous ton parcours.

Mon père est d’Orereta (Renteria) et ma mère d’Iruñea (Pampelune), pourtant j’ai grandi à Baiona. Jusqu’à mes 7 ans, j’allais à l’Ikastola Oihana, puis j’ai dû déménager à Iruñea avec ma mère et c’est là-bas que j’ai passé mon adolescence. A 16 ans, j’ai fait le choix de revenir à Baiona, au lycée Etxepare, pour passer un bac scientifique. Je voulais suivre des études en biologie. Puis, j’ai fait deux ans à la faculté de Biologie, mais à vrai dire, c’était un peu compliqué de suivre tous les cours en français. J’ai compris que ma passion était l’euskara et j’ai changé mon orientation pour faire une licence d’Etudes Basques à Baiona.

Cette année, j’ai commencé à travailler à AEK, et j’espère continuer pendant un certain temps.

Est-ce facile de développer la pratique de l’euskara à Biarritz?

Je pense que c’est une mission qui est toujours compliquée. C’est la responsabilité de tous les bascophones d’enseigner la culture et la langue basque à ceux qui habitent ici, mais qui ne les connaissent pas. C’est vrai que ces dernières années, la Mairie accompagne la culture, mais ce n’est pas assez. Je dirais même qu’il faudra beaucoup de temps pour normaliser l’euskara, jusqu’à obtenir l’indépendance linguistique. De même, si l’Etat français reconnaissait l’euskara comme langue officielle, il serait plus facile de vivre en euskara.

Quel est le profil habituel des adultes apprenant l’euskara à Biarritz?

Il y a de tout, il n’y a pas qu’un seul profil. Les profils changent selon les horaires et les formats des cours. Par exemple, le matin il y a des actifs, qui suivent cette formation dans le cadre de leur travail. Il y a aussi des chercheurs d’emploi et des retraités. Le rythme est souvent plus calme et c’est très enrichissant pour les apprenants et pour les enseignants.

Le soir, il y a beaucoup de profils différents: des parents, des étudiants, des salariés, des jeunes et des plus âgés. L’ambiance est de plus en plus festive et amusante. Enfin, il y a le groupe de parents, ce sont ceux qui souhaitent parler en euskara avec leurs enfants.

Beaucoup de personnes s’installent sur la Côte, est-ce qu’elles viennent à la Gau Eskola?

On sait que beaucoup de personnes qui viennent de l’extérieur colonisent la côte. Malheureusement, peu font le choix d’apprendre l’euskara. Il ne s’agit pas seulement un problème linguistique, c’est un problème social car après,les jeunes d’ici ont des difficultés pour se loger.

Parles-tu euskara depuis petit?

Les premiers mots que j’ai entendus étaient en euskara. Même si ama a appris l’euskara relativement tard (j’avais 6 ans), aita m’a toujours parlé en euskara. J’ai pris conscience de leur amour pour la langue un peu tard, mais c’est grâce à cette transmission que je peux vivre en euskara aujourd’hui. Je les remercie vraiment pour cet effort qu’ils ont fait pour moi, même si parfois c’était embêtant sur le moment. Je suis un euskaldun qui vit à Lapurdi et qui a des parents navarrais et gipuzkoar. Comme le dit Joseba Sarrionandia "l’euskara est notre seul territoire libre".

En moyenne, combien utilises-tu l’euskara dans ton quotidien?

Je parle euskara à la maison, au travail et avec mes amis. Je pense que je fais partie de ceux et celles qui vivent en euskara. C’est vraiment un plaisir, je me lève en euskara et je me couche en rêvant en euskara.

Que ferais-tu pour que l’euskara soit davantage appris et utilisé?

Je n’ai pas de solution magique. Je suis convaincu que l’on doit vivre en euskara et lutter pour obtenir nos droits. Il est inacceptable que l’on doive passer le bac en français, ou que l’on ne soit pas accueilli en euskara dans les Mairies, chez le médecin, ou devant un juge.

Un endroit sympa pour passer un bon moment en euskara?

Les bars, qui sont encore fermés… J’espère qu’ils vont bientôt les ouvrir! Les rues de Baiona ou la plage de Biarritz. Tous les endroits sont appropriés pour passer de bons moments en euskara.

Quelque chose que tu détestes?

Je déteste que l’Etat français nous prive de nos droits linguistiques au nom de la liberté, parce que la seule langue de France est le français. Je trouve que c’est injuste et illogique. Si l’euskara était une langue officielle, ce serait un petit pas en avant, et je pense que ça faciliterait beaucoup de choses.

Quelque chose que tu aimes?

J’aime mon pays, les fêtes, les poteo, les sports traditionnels, les maskarada, le NOR-NORI-NORK (une règle de conjugaison), la tradition, la modernité et les euskaldun. Tous les pays du monde ont un charme, préservons le nôtre.

Comment serait le pays de l’euskara de tes rêves?

Un Euskal Herri indépendant, avec une société libre et juste, qui revendique et protège les droits.

Puis, on m’a appris depuis tout petit que seulement ceux qui rêvent réussissent à obtenir ce qu’ils veulent. Maintenant, je sais que c’est vrai.

Email Facebook Google Twitter LinkedIn

Ekhi, l’euskara fait la une

Actu de l'euskara #topaketa #rencontre

Ekhi, l’euskara fait la une

27 Novembre 2020

Sur une terrasse près des bureaux du journal Berria à Bayonne, nous avons retrouvé Ekhi Erremundegi (Baiona 1989), profitant du soleil d’automne et de l’ambiance paisible d’entre deux confinements. Exceptionnellement pour Mintzalasai, on a inversé les rôles et il a répondu à notre interview.

LIRE | IRAKURRI

Actu de l'euskara #topaketa #rencontre

Bertrand, euskara is fun!

23 Octobre 2020

Bertrand, euskara is fun!

Bertrand Aupetit-Durand (Biarritz 1976) avait pris la décision d’apprendre l’euskara en sortant d’un concert de Negu Gorriak. Quelques années plus tard, et après une formation intensive, ce joyeux infirmier et euskaldun berri d’Anglet a franchi le pas et parle euskara au quotidien.

LIRE | IRAKURRI

Actu de l'euskara #topaketa #rencontre

Maryse Elissalde, EuskaraZennnn

12 Octobre 2020

Maryse Elissalde, EuskaraZennnn

Nous avons pris le thé chez Maryse Elissalde (Baiona, 1966) dans son jardin, sous le soleil. Depuis qu’elle a quitté sa boutique de Bayonne où elle vendait du miel, elle travaille dans le calme de sa maison, à son rythme. Nous avons parlé de l’euskara, du partage et de la tranquillité avec cette professeure originaire d’Iholdi.

LIRE | IRAKURRI

AGENDA

TOUT L'AGENDA | AGENDA OSOA

Restez informé, abonnez-vous à notre newsletter