mintzalasai

PortraitsANA IMAZ

Dans l'arc-en-ciel des langues, l’euskara est ma couleur

Ana Imaz (1996, Donibane Lohizune) nous a donné rendez-vous au numéro 6bis de l’avenue Jouandin de Bayonne Nord. Son joli défi, en travaillant dans l’association Libreplume, est de partager l’envie de lire avec les enfants, les jeunes et les familles du quartier.

Euskaraz irakurri

4 Aout 2021 | ± 09min 39s

Les voisins de Bayonne Nord te connaissent comme une souriante lectrice basque… Qui est Ana Imaz?

J’habite à Ascain et je travaille dans l’association Libreplume à la ZUP de Bayonne. C'est une association qui a pour but de promouvoir la littérature jeunesse et je suis la responsable de la section en euskara. Sinon, dans mon temps libre, j’aime dessiner, écrire, chanter et faire du théâtre; bref, la création a une place importante dans ma vie. J’ai du mal à choisir parmi ces passions, mais en ce moment je passe plus de temps à dessiner, à illustrer. Je suis quelqu’un de joyeux.

Pour ce qui est des études, je n’étais pas du tout partie sur ça au début. J’ai passé mon bac avec l’option cinéma, puis j’ai suivi des cours de cinéma pendant un an. Ensuite, j’ai obtenu un DUT animation socio-culturelle à Bordeaux pour devenir médiatrice culturelle. Dans le cadre de ces études, j’ai fait un stage à l’association Libreplume et une fois le diplôme en poche, j’ai commencé à travailler ici.

Quel est l’objectif de l’association Libreplume?

Nous avons pour but de promouvoir les créateurs de littérature jeunesse qu'ils soient écrivains, illustrateurs ou autres. Nous voulons mettre la culture à la disposition de tous les publics et, d'autre part, nous luttons contre l’illettrisme. Nous travaillons avec les tout petits et les parents dans ces centres comme les PMI, nous allons aussi dans les structures d’accueil pour y faire des lectures. En somme, nous nous rapprochons des publics éloignés du monde des livres pour leur apporter la culture écrite. De plus, nous travaillons de plus en plus avec les petits, dans les crèches, dans nos locaux, nous proposons des activités et des formations, pour apprendre à lire selon l’âge etc. Nous organisons des lectures pour enfants et ados.

C'est vrai que vous êtes dans le quartier du Labourd où l'on entend le plus de langues?

Je ne sais pas combien de langues sont parlées ici, mais elles sont très nombreuses.

Les langues que l’on entend le plus, à part l’euskara et le français, sont le marocain, le turc et le portugais. Même s'il y a d’autres langues plus minoritaires, nous avons un vrai arc-en-ciel des langues qui est une grande richesse pour les enfants, pour les parents, pour tous.


Que dirais-tu de la littérature jeunesse en euskara?

Il y a de très belles créations et je dirais qu'elles sont de plus en plus nombreuses, il y a d'excellent.e.s illustrateur.rice.s, d'excellents écrivains en basque. Je trouve qu’il y en a moins pour les 0-3 ans. Mais il est vrai qu'en France par exemple l'offre est très importante depuis longtemps, la littérature jeunesse est très importante. Au Pays Basque, elle a pris place plus tardivement, elle est en train de se développer, c’est pourquoi il y a peu de créations comparées aux traductions. C'est dommage, mais il y a de plus en plus de nouveautés et il faut promouvoir ce secteur pour qu’il se développe.

Est-ce facile pour les enfants et les adolescents d’échanger les portables et les tablettes contre des livres?

Malheureusement, je n'ai pas de solution pour le problème des écrans. C’est vrai que l’on lit très peu en euskara, que l’on soit jeune ou adulte. Dans notre cas, les jeunes viennent pour quelque chose de précis, alors ils rangent leur portable dans la poche pour ce laps de temps, nous ne rencontrons pas ce problème que l’on rencontre à la maison. Je pense qu’il faut transmettre le plaisir de lire aux enfants, puis il faut croiser les doigts pour que ce plaisir continue, mais ce n’est pas toujours facile.

Tu participes dans le festival Mintzalasai.

On participe chaque année avec grand plaisir. Nous allons souvent dans les écoles pour des lectures, des animations, des jeux. Cette année, nous irons dans les Gau Eskola (centres d’apprentissage pour adultes) pour proposer une formation: comment lire en euskara à nos enfants, sans savoir la langue. Nous donnons quelques techniques, conseillons quelques livres pour que parents et enfants puissent lire ensemble en basque.

Parles-tu euskara depuis petite?

Oui, c’est ma langue maternelle. Jusqu’à mes quatre ans, je ne parlais pas bien le français. Tous mes grands-parents étaient bascophones, mes parents aussi, mais la langue ne leur avait pas été bien transmise alors ils sont passés par AEK, pour mieux apprendre. Moi je l’ai apprise à la maison et j’ai continué à l’Ikastola.

C’est comment d’être euskaldun à Bayonne Nord?

Ici la diversité est la norme et l’euskara fait partie de toutes ces langues, ce n’est pas vu comme une particularité, tout le monde a l’habitude. L’école du quartier est bilingue alors les gens ont conscience de l’euskara. C’est intéressant car beaucoup d’enfants de familles qui ont des cultures totalement différentes sont en classe bilingue. L’euskara fait partie de cette diversité linguistique, elle n’a pas de place privilégiée par rapport aux autres.

Une anecdote avec l’euskara?

Lors d’une soirée pyjama, j’ai vu le fils aîné d’une famille qui n’avait jamais appris l’euskara m’écouter attentivement lors de la lecture et chanter, comme s’il comprenait tout. A la fin, il est venu me voir pour me demander les paroles de la chanson, parce qu’il avait beaucoup aimé. J’ai trouvé que c’était un beau moment.

Quelque chose que tu détestes?

Le manque d’ouverture d’esprit et les gens qui se croient meilleurs que les autres pour des raisons de genre, d’âge, de couleur, etc.

Quelque chose que tu aimes?

Créer, partager, la fête, bref tout ce qui nous est interdit en ce moment.

Un endroit spécial pour parler en euskara?

Nos fêtes, justement sont les meilleures occasions pour parler en euskara. Par exemple, en début d’été j’étais au festival EHZ et c’est vraiment un endroit merveilleux de l’euskara. Dans la vie de tous les jours, j’aime le village d’Ascain, même si c’est petit, on y entend l’euskara.

Comment serait le pays de l’euskara de tes rêves?

L’euskara serait présent partout, on parlerait en euskara sans se poser de question, notre pays serait ouvert sur le monde et lutterait contre toute forme de discrimination.

Et quel est ton rêve?

J’ai des milliers de rêves mais ce serait de lutter pour ce qui est important pour moi, continuer à créer et être bien entourée durant toute ma vie. Voilà mon grand rêve.


Mikel Amilibia : le couteau suisse

Portraits

Mikel Amilibia : le couteau suisse

Vous verrez souvent Mikel Amilibia (Baiona, 1983) dans des fêtes ou sur les terrains de rugby, en famille ou entre amis. Ce père de famille d’Arrangoitze nous a parlé de ses passions et de son travail sur les tribunes d’Aguilera.

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Portraits

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Dans la grande famille des artistes basques, nous retrouvons le nom Robles Aranguis écrit en rouge et en grand. Naia Robles (1968 Baiona) a grandi entourée de musiciens et de chanteurs et est souvent montée sur scène accompagnée de sa famille. Nous nous sommes retrouvés dans le jardin botanique de Baiona pour parler de transmission, de musique et d’amour.

L’euskara, le meilleur des chocolats

Portraits

L’euskara, le meilleur des chocolats

Il y a quelques années, le chocolatier Florian Benac (Bègles, 1985) ne connaissait rien sur le chocolat, ni sur l’euskara, ni sur la chocolaterie Cazenave dans laquelle il travaille aujourd’hui. Par amour, il est arrivé en Labourd en 2014 et il est vite devenu le plus doux des chocolatiers. Il nous a proposé une visite guidée à l’odeur chocolatée dans le laboratoire de Bayonne.

Zigor:

Portraits

Zigor: "Je suis le fils d’une langue qui a fait un peuple"

Après avoir inauguré son expo, l’artiste Zigor (Aretxabaleta, 1947) nous a accueillis à la porte de la merveilleuse salle Bellevue de Biarritz. Au milieu des œuvres de son exposition EGU ITURRIA, il a pris un moment pour répondre à nos questions, comme dans un voyage poétique.

Au-delà des mythes, ce sont les histoires qui sont derrière qui m’intéressent

Portraits

Au-delà des mythes, ce sont les histoires qui sont derrière qui m’intéressent

Anuntxi Arana (Luiaondo – 1947) a passé beaucoup de temps à explorer la frontière entre réalité et croyance. Diplômée de philologie et d'anthropologie basques, elle consacre beaucoup de temps à ses recherches. Pour elle, l’euskara est une source de recherches, d'écriture, de vie, un peu comme ce moment délicieux, où après une randonnée, on enlève ses bottes de montagne.

La vie est un jeu !

Portraits

La vie est un jeu !

Comme dans de nombreuses familles basques, après avoir appris et perdu l'euskara quand il était enfant, Fabien Mendiboure (Bayonne 1981) s'est aperçu à l'adolescence qu'il lui manquait quelque chose pour construire sa vie. Grâce au coup de cœur d’il y a 15 ans pour AEK, il travaille actuellement en euskara, pour l'association Gaia qui propose des jeux à tous les publics.

Il reste encore du travail pour changer les mentalités

Portraits

Il reste encore du travail pour changer les mentalités

Guide-conférencière de profession, Haize Mouesca (1992, Kigali Rwanda) connaît parfaitement les coins, l’art et les coutumes du Pays Basque. Aux abords de l’Adour de Bayonne, elle nous a donné rendez-vous près de l'accueil pour les migrants où elle est bénévole, pour une douce et joyeuse conversation.

Maitasunaren itxiera

Maitasunaren itxiera

  • 20 Octobre | 20:00 | Bayonne
Le film

Le film "Lasa eta Zabala"

  • 21 Octobre | 19:00 | Bayonne

Octobre 2021 (Urria)

L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Novembre 2021 (Azaroa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
Aujourd'hui | Gaur

Décembre 2021 (Abendua)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Janvier 2022 (Urtarrila)

L M M J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
Aujourd'hui | Gaur

Février 2022 (Otsaila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28
Aujourd'hui | Gaur

Mars 2022 (Martxoa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Avril 2022 (Apirila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Mai 2022 (Maiatza)

L M M J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
Aujourd'hui | Gaur

Juin 2022 (Ekaina)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Juillet 2022 (Uztaila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Août 2022 (Agorrila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Septembre 2022 (Iraila)

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur