mintzalasai

PortraitsFLORIAN BENAC

L’euskara, le meilleur des chocolats

Il y a quelques années, le chocolatier Florian Benac (Bègles, 1985) ne connaissait rien sur le chocolat, ni sur l’euskara, ni sur la chocolaterie Cazenave dans laquelle il travaille aujourd’hui. Par amour, il est arrivé en Labourd en 2014 et il est vite devenu le plus doux des chocolatiers. Il nous a proposé une visite guidée à l’odeur chocolatée dans le laboratoire de Bayonne.

Euskaraz irakurri

27 Aout 2021 | ± 07min 05s

Où commence la visite de la chocolaterie Cazenave?

On commence par la première étape de la fabrication du chocolat. On introduit les fèves de cacao importées dans cette grande et vieille machine pour les torréfier.

Il faut savoir que chez Cazenave, toutes les étapes sont réalisées sur place. Nous importons les fèves de cacao et à la fin, nos chocolats vont directement en boutique. Nous préparons tous les mélanges,le praliné et autres ici. Personnellement, je m’occupe des premières étapes, de la torréfaction des fèves de cacao et des premiers mélanges avec du sucre, du lait etc. Ensuite, les chocolatiers confectionnent les chocolats. Etant chargé de production, j’ai aussi du travail sur écran.

Tu es né à la Mecque du vin et tu es devenu chocolatier. Raconte-nous ton parcours.

Je ne suis pas d’ici, je suis de Bordeaux. Quand j’étais étudiant, j’ai rencontré Joana, ma compagne. Ses parents sont les propriétaires de la maison Cazenave depuis 1934, quand sa grand-mère a acheté la fameuse chocolaterie de Baiona. A l’époque, j’ai obtenu un DUT en animation, mais on a vite décidé de venir vivre au Pays Basque. En arrivant en Labourd, Joana a commencé à travailler en tant que dentiste et sa famille m’a proposé de travailler dans la chocolaterie. J’ai donc commencé en tant que serveur et employé au café du centre-ville de Baiona, puis j’ai suivi une formation CAP chocolaterie et j’ai continué à travailler dans la production, au laboratoire. J’ai beaucoup appris dans la pratique, en regardant les autres. De plus, j’ai suivi une formation de gestion d’entreprises parce que je ne connaissais pas du tout ce monde-là. En même temps, j’ai appris l’euskara.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à apprendre: l’euskara ou la fabrication du chocolat?

Je dois avouer que j’ai toujours été très mauvais en langues, en cours d’anglais ou d’espagnol je n’étais pas très bon.

Par contre, je me suis surpris moi-même avec l’euskara, j’ai réussi à l’apprendre, je n’ai pas été le seul surpris. Maintenant je connais deux langues et quand on me parle en anglais, je réponds en euskara.

Pour moi c’était normal d’apprendre le basque, parce que c’est la langue utilisée par Joana avec ses amis et sa famille. Je parle en euskara avec nos deux enfants et je suis très content.

Qu’en pense la famille de Bordeaux?

Ma famille était très surprise. On nous a souvent interviewés à la télévision basque et quand ils m’ont vu répondre en basque, ils ont été étonnés. Ils voient que je vais bien alors ils sont contents.

Combien de kilos as-tu pris en entrant à Cazenave?

C’est vrai que j’avais pris quelques kilos mais heureusement au Pays Basque on fait beaucoup de sport: le surf, la montagne etc. alors j’arrive à trouver un équilibre. D’ailleurs, au début je ne mangeais que du chocolat 100% pur pour faire attention… Mais maintenant je les goûte tous pourm’assurer qu’ils sont bons.

Quel est ton endroit préféré pour parler en basque?

Je fais des efforts pour parler en euskara avec nos amis et à l’Ikastola de mes filles à Kanbo. Au travail aussi, je livre notre chocolat bio dans différents commerces et j’ai l’occasion de parler en euskara avec quelques vendeurs. C’est un plaisir de pouvoir parler en euskara au travail. Dans notre boutique de Baiona, il y a beaucoup de clients bascophones alors je parle en euskara avec eux aussi.

Quelque chose que tu détestes?

Je n’aime pas me mouiller et je n’aime pas quand je ne trouve pas de solution face à un problème. Je déteste ça. Sinon, je ne me fâche pas souvent dans la vie.

Quelque chose que tu aimes?

J’aime avoir du temps, c’est le plus important pour moi. Je déteste faire les choses vite. J’aime beaucoup cuisiner, je cuisine tous les jours. Toutes les semaines on reçoit le panier Garro et je prends du plaisir à imaginer des nouvelles recettes à partir de ces légumes frais. Je ne suis pas des recettes concrètes, je commence avec l’oignon, puis je suis mon inspiration.

As-tu goûté les légumes de Garro avec du chocolat?

Non, pour l’instant je n’ai pas osé les combiner, mais pourquoi pas? Au Mexique ils ont le plat Mole, à base de poulet et de chocolat. Alors, pourquoi ne pas essayer les légumes?

Qu’aimes-tu faire en dehors du travail?

En ce moment j’essaye de passer du temps avec mes enfants. Sinon, je fais du sport, je vais à la montagne, je cours, je nage, etc. Et je cuisine. Je voudrais faire un potager mais pour l’instant je n’ai pas le temps. Il faut laisser quelques projets pour plus tard.


Mikel Amilibia : le couteau suisse

Portraits

Mikel Amilibia : le couteau suisse

Vous verrez souvent Mikel Amilibia (Baiona, 1983) dans des fêtes ou sur les terrains de rugby, en famille ou entre amis. Ce père de famille d’Arrangoitze nous a parlé de ses passions et de son travail sur les tribunes d’Aguilera.

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Portraits

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Dans la grande famille des artistes basques, nous retrouvons le nom Robles Aranguis écrit en rouge et en grand. Naia Robles (1968 Baiona) a grandi entourée de musiciens et de chanteurs et est souvent montée sur scène accompagnée de sa famille. Nous nous sommes retrouvés dans le jardin botanique de Baiona pour parler de transmission, de musique et d’amour.

Dans l'arc-en-ciel des langues, l’euskara est ma couleur

Portraits

Dans l'arc-en-ciel des langues, l’euskara est ma couleur

Ana Imaz (1996, Donibane Lohizune) nous a donné rendez-vous au numéro 6bis de l’avenue Jouandin de Bayonne Nord. Son joli défi, en travaillant dans l’association Libreplume, est de partager l’envie de lire avec les enfants, les jeunes et les familles du quartier.

Zigor:

Portraits

Zigor: "Je suis le fils d’une langue qui a fait un peuple"

Après avoir inauguré son expo, l’artiste Zigor (Aretxabaleta, 1947) nous a accueillis à la porte de la merveilleuse salle Bellevue de Biarritz. Au milieu des œuvres de son exposition EGU ITURRIA, il a pris un moment pour répondre à nos questions, comme dans un voyage poétique.

Au-delà des mythes, ce sont les histoires qui sont derrière qui m’intéressent

Portraits

Au-delà des mythes, ce sont les histoires qui sont derrière qui m’intéressent

Anuntxi Arana (Luiaondo – 1947) a passé beaucoup de temps à explorer la frontière entre réalité et croyance. Diplômée de philologie et d'anthropologie basques, elle consacre beaucoup de temps à ses recherches. Pour elle, l’euskara est une source de recherches, d'écriture, de vie, un peu comme ce moment délicieux, où après une randonnée, on enlève ses bottes de montagne.

La vie est un jeu !

Portraits

La vie est un jeu !

Comme dans de nombreuses familles basques, après avoir appris et perdu l'euskara quand il était enfant, Fabien Mendiboure (Bayonne 1981) s'est aperçu à l'adolescence qu'il lui manquait quelque chose pour construire sa vie. Grâce au coup de cœur d’il y a 15 ans pour AEK, il travaille actuellement en euskara, pour l'association Gaia qui propose des jeux à tous les publics.

Il reste encore du travail pour changer les mentalités

Portraits

Il reste encore du travail pour changer les mentalités

Guide-conférencière de profession, Haize Mouesca (1992, Kigali Rwanda) connaît parfaitement les coins, l’art et les coutumes du Pays Basque. Aux abords de l’Adour de Bayonne, elle nous a donné rendez-vous près de l'accueil pour les migrants où elle est bénévole, pour une douce et joyeuse conversation.

Maitasunaren itxiera

Maitasunaren itxiera

  • 20 Octobre | 20:00 | Bayonne
Le film

Le film "Lasa eta Zabala"

  • 21 Octobre | 19:00 | Bayonne

Octobre 2021 (Urria)

L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Novembre 2021 (Azaroa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
Aujourd'hui | Gaur

Décembre 2021 (Abendua)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Janvier 2022 (Urtarrila)

L M M J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
Aujourd'hui | Gaur

Février 2022 (Otsaila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28
Aujourd'hui | Gaur

Mars 2022 (Martxoa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Avril 2022 (Apirila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Mai 2022 (Maiatza)

L M M J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
Aujourd'hui | Gaur

Juin 2022 (Ekaina)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Juillet 2022 (Uztaila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Août 2022 (Agorrila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Septembre 2022 (Iraila)

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur