mintzalasai

PortraitsNAIA ROBLES ARANGUIZ

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Dans la grande famille des artistes basques, nous retrouvons le nom Robles Aranguis écrit en rouge et en grand. Naia Robles (1968 Baiona) a grandi entourée de musiciens et de chanteurs et est souvent montée sur scène accompagnée de sa famille. Nous nous sommes retrouvés dans le jardin botanique de Baiona pour parler de transmission, de musique et d’amour.

Euskaraz irakurri

10 Septembre 2021 | ± 09min 19s

Dans le jeu des familles, tu as pioché la carte de la fille Robles Aranguiz. Est-ce une bonne carte?

Sans aucun doute. J’ai un beau jeu, mais il y a tellement d’artistes dans ma famille, je ne sais pas si je suis la fille, la nièce ou la sœur. Je fais partie de la troisième génération de chanteurs et c’est vrai que j’ai beaucoup appris avec Eztitxu, mon père et mes frères. Mais il y a beaucoup d’autres artistes dans la famille, mon aitatxi (grand-père) Manu Robles Aranguiz, Ugutz le conteur, Irkus le peintre… Alors c’est vrai que j’ai grandi dans une ambiance artistique et j’ai eu de la chance.

Ton métier est aussi lié à l’art?

Oui, c’est lié à la musique. J’ai suivi une formation de musicothérapie puis j’ai été enseignante pendant 22 ans. Ensuite, je continue à faire de la musique mais avec différents publics: les personnes âgées, les enfants, les patients du service hématologie de l’hôpital. Pour moi, la musique est un langage universel et vecteur d’émotions. Par exemple, à l’hôpital je propose des séances de relaxation psychomusicale. Là, c’est important de parler avec le patient, le connaître un peu et définir son état d’esprit, pour ensuite deviner ce que la musique pourrait lui apporter, s’il a besoin dela musique pour le motiver ou pour le relaxer. Ce sont les patients qui décident de leur lien avec la musique, selon leur état de santé. En effet, ils sont souvent très stressés et ont besoin de la musique pour se relaxer. Dans ces cas-là, je leur propose le protocole Jost.

En plus du chant, quels sont tes loisirs?

Le jardin, les voyages, la lecture, le cinéma… Et passer du temps avec mes trois enfants, même s’ils sont grands maintenant, j’aime beaucoup passer du temps avec eux. En plus,nous aurons bientôt une nouvelle carte dans notre jeu: je serai bientôt amatxi (grand-mère). Ça fait bizarre quelque part, mais c’est le cycle de la vie et nous sommes très contents de l’arrivée d’une nouvelle génération.

Vous avez aussi beaucoup de projets en famille.

C’est vrai que nous avons beaucoup travaillé en famille. En ce moment, je suis en train de monter un projet avec mon fils Oihan. Il travaille dans le secteur de la musique et nous avions depuis longtemps envie de créer ensemble. Les confinements ont été un bon moment pour commencer. Nous allons créer un conte musical, je serai la narratrice et Oihan s’occupera de la musique.

Je commence aussi à chanter avec ma fille, pour l’instant on répète, je ne sais pas quand nous commencerons à chanter en public.

Cet été, nous avons participé dans un spectacle autour des Pottok à Baiona. C’est vrai que nous sommes contents de revenir sur scène parce que cette période Covid qui nous interdit de chanter est assez compliquée.

Tu vas également participer dans le festival Mintzalasai.

Oui, je vais proposer des ateliers de musicothérapie au collège; et pour les adultes, un atelier pour apprendre à mieux gérer le souffle et la voix.

En tant que chanteuse, quels sont tes moments préférés?

Les répétitions, les nouvelles chansons, ces moments où les idées fusent par dizaines. C’est un plaisir de répéter entourée d’amis.

Pour moi, la musique est un langage universel et vecteur d’émotions.

Le moment le plus ennuyeux?

Le démontage après un concert peut-être. Ce moment où tout le monde va boire un verre après le plaisir et la tension du concert, et tu dois rester ranger tout le matériel.

Ton endroit préféré pour parler en euskara?

Le bar Xina à Baiona et le local Züzülü qui vient d’ouvrir. Il y a un atelier de sérigraphie et ils ont prévu d’organiser des dizaines de rendez-vous, quand le contexte sanitaire le permettra.

Parles-tu euskara depuis que tu es petite?

J’avais 2 ans quand j’ai commencé à l’ikastola de Donibane Lohizune. Après, vu qu’il n’y avait pas encore de CP à l’Ikastola, je suis allée à l’école publique. A la maison, aita (mon père) parlait en euskara, mais ama (ma mère) non, alors on parlait souvent en français. Après, on a déménagé à Perpignan, puis à Paris. J’avais perdu l’euskara. Mais quand je suis revenue au Pays Basque, je me suis inscrite à AEK et l’euskara qui était encore en moi a resurgi. J’ai suivi des stages intensifs et j’ai réussi à le reparler. A vrai dire, quand j’étais à Paris je pensais souvent à mon retour au Pays Basque. Je ne me voyais nulle part d’autre. Pour moi, c’était comme une mission de transmettre l’euskara, et j’ai réussi, en travaillant dans l’enseignement pendant des années et avec mes enfants. Maintenant, je suis très contente de voir que mes enfants parlent en euskara, chacun dans son domaine, l’aîné, dans la musique, le deuxième est documentaliste au collège Estitxu Robles Aranguiz et la troisième a le projet de créer une radio en euskara.

Une anecdote liée à l’euskara?

Ce n’est pas une anecdote, mais j’aime beaucoup quand les enfants mélangent les langues, par exemple "Ama ta robe est très polite” etc.

Quelque chose que tu détestes?

Je déteste l’injustice et le mensonge. J’ai une personnalité forte et je dis toujours ce que je pense. Si la personne en face ne fonctionne pas comme moi, je ne l’aime pas.

Quelque chose que tu aimes?

Etre avec mes enfants ou avec mon copain. J’aime beaucoup l’amour.

Quel est le pays de l’euskara de tes rêves?

Un pays libre dont l’euskara serait la langue officielle, où il y aurait la possibilité d’apprendre l’euskara librement.

A vrai dire, quand j’étais à Paris je pensais souvent à mon retour au Pays Basque. Je ne me voyais nulle part d’autre. Pour moi, c’était comme une mission de transmettre l’euskara.

Et le rêve de Naia?

De continuer. Quand je vois le nombre de jeunes dans les mobilisations en faveur de l’euskara, je me dis que le travail de transmission que nous avons fait porte ses fruits. Alors continuons.


L’euskara entre les biberons

Portraits

L’euskara entre les biberons

Après une reconversion professionnelle, Delphine Velasco (Saint-Jean-de-Luz, 1986) a approfondi sa connaissance de l’euskara pour pouvoir travailler à la crèche bascophone Ohakoa. Grâce à l'aide de ses collègues et à la douceur des enfants, cette fille de pêcheurs de Socoa est ravie dans la première crèche bascophone de Biarritz.

La musique m’a conduit à l’euskara

Portraits

La musique m’a conduit à l’euskara

Nous avons trouvé le groupe Willis Drummond à Lekorne, entre les fortes vibrations que procure la musique en direct. Après leur répétition et avant leur concert, le chanteur Jurgi Ekiza (Bayonne, août 1980) a accepté de répondre à nos questions, devant la buvette prévue pour la soirée.

Des deux côtés de l’objectif

Portraits

Des deux côtés de l’objectif

C’est sur le vieil ordinateur de son père que Lukas a édité ses premières vidéos quand il était au collège. Depuis, il a toujours gardé un lien avec l’image et Lukas Hiriart (Bayonne, 1998) n’a pas eu de problème à passer d’un côté à l’autre de l’objectif. Il a récemment créé le média BADA avec ses amis, afin de proposer des actualités en euskara sur les réseaux sociaux.

L’euskara roule sur les pistes cyclables

Portraits

L’euskara roule sur les pistes cyclables

Aña-Mari Grenié (Biarritz, 1954) est arrivée à vélo en zigzaguant entre les touristes, jusqu’à la plage du Vieux Port. Cette biarrote connaît tous les recoins et les histoires de sa ville sur le bout des doigts. Elle est d’ailleurs une interlocutrice en or pour témoigner les évolutions, positives et négatives des dernières années.

Mikel Amilibia : le couteau suisse

Portraits

Mikel Amilibia : le couteau suisse

Vous verrez souvent Mikel Amilibia (Baiona, 1983) dans des fêtes ou sur les terrains de rugby, en famille ou entre amis. Ce père de famille d’Arrangoitze nous a parlé de ses passions et de son travail sur les tribunes d’Aguilera.

L’euskara, le meilleur des chocolats

Portraits

L’euskara, le meilleur des chocolats

Il y a quelques années, le chocolatier Florian Benac (Bègles, 1985) ne connaissait rien sur le chocolat, ni sur l’euskara, ni sur la chocolaterie Cazenave dans laquelle il travaille aujourd’hui. Par amour, il est arrivé en Labourd en 2014 et il est vite devenu le plus doux des chocolatiers. Il nous a proposé une visite guidée à l’odeur chocolatée dans le laboratoire de Bayonne.

Biltxoko Txiki

Biltxoko Txiki

  • 29 Janvier | 11:00 | Bayonne
La mascarade souletine

La mascarade souletine

  • 30 Janvier | 15:00 | Bayonne

Janvier 2022 (Urtarrila)

L M M J V S D
01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

Février 2022 (Otsaila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28
Aujourd'hui | Gaur

Mars 2022 (Martxoa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Avril 2022 (Apirila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Mai 2022 (Maiatza)

L M M J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
Aujourd'hui | Gaur

Juin 2022 (Ekaina)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Juillet 2022 (Uztaila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Août 2022 (Agorrila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Septembre 2022 (Iraila)

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Octobre 2022 (Urria)

L M M J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
Aujourd'hui | Gaur

Novembre 2022 (Azaroa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Décembre 2022 (Abendua)

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur