mintzalasai

PortraitsMIKEL AMILIBIA

Mikel Amilibia : le couteau suisse

Vous verrez souvent Mikel Amilibia (Baiona, 1983) dans des fêtes ou sur les terrains de rugby, en famille ou entre amis. Ce père de famille d’Arrangoitze nous a parlé de ses passions et de son travail sur les tribunes d’Aguilera.

Euskaraz irakurri

1 Octobre 2021 | ± 08min 20s

Chef d’entreprise, speaker du Biarritz Olympique, chanteur, sapeur-pompier… Tu es sûr d’être le seul Mikel Amilibia?

Oui, c’est moi, mais je crois que j’ai 10 vies… Je suis supporter du B.O alors je commente les parties en euskara avec un autre speaker car c’est le souhait du président. En tant que chef d’entreprise, j’ai deux activités: je propose des animations pour tous les âges (j’installe des jeux gonflables, des trampolines, des murs d’escalade… dans différentes fêtes). Mais j’ai aussi créé la marque Potta et je vends des savons et des bonbons fabriqués à partir de lait de pottok.

De plus, je suis sapeur-pompier volontaire à la caserne d’Anglet et je chante avec un groupe d’Arrangoitze. Je chantais souvent avec mes amis du rugby aussi, mais sans vraiment connaître les paroles. Alors, nous avons décidé de nous réunir tous les lundis pour apprendre les paroles et pour chanter sans lire. Plutôt que chanteur, je dirais que je suis fan de chant. Je ne suis pas du genre à traîner sur le canapé, je préfère faire ce que j’aime et le faire du mieux que je peux.


Je rêve d’une équipe de rugby basque plus puissante, qui surmonterait les séparations, comme l’équipe Munster en Irlande par exemple.


Quelle est la première chose que tu dis en te présentant?

Je suis un couteau suisse: un couteau capable de faire différentes choses. Tu ne l’as pas dit, mais je suis aussi père de deux enfants, et ça prend beaucoup de temps mais il est important de prendre ce temps, le plus important sans doute.

Parles-tu euskara depuis que tu es petit?

Oui, j’ai appris l’euskara à la maison avec mon père et ma grand-mère. Ma mère est française alors j’ai grandi avec les deux langues. Je suis allé à l’Ikastola jusqu’à la troisième au collège de Kanbo. Ensuite, je suis allé au lycée agricole d’Hasparren et j’y ai retrouvé des amis de l’Ikastola, nous y avons passé de bons moments.

Avec mes enfants je parle toujours en euskara. C’est ce que j’ai vécu dans ma famille car mon père ne me parlait jamais en français. Je reproduis la même chose.

Dans ma famille, l’euskara a toujours eu une place centrale et pour moi, l’euskara n’est pas un outil, c’est une partie de mon identité.

Comment s’est construit ce grand puzzle qu’est ta vie?

Après mes études, j’ai fait un voyage en Argentine avec mes amis de l’Ikastola et au retour, j’ai commencé à proposer des randonnées en pottok autour du lac de Senpere. Puis, j’ai étendu ma proposition aux fêtes des villages et une fois, un membre d’un comité m’a demandé si j’avais des jeux gonflables. Aujourd’hui j’ai beaucoup de matériel et je participe à beaucoup de fêtes du Pays Basque.

Est-ce facile d’être euskaldun à Arrangoitze?

Non, on n’entend pas beaucoup l’euskara à Arrangoitze. On propose des animations avec l’Ikastola mais ce n’est pas toujours facile.

Et aux alentours du stade du B.O?

Je dirais que le B.O facilite le fait de parler en euskara. Ce sont ses dirigeants qui, au-delà de toute considération, ont décidé d’intégrer l’euskara et qui ont toujours répondu favorablement à mes demandes de visibilisation de la langue.

Dans la ligue de l’euskara, qui est le vainqueur, l’A.B ou le B.O?

Il n’y a pas vraiment de concurrence, à Baiona, tous les commentaires des matchs sont en français… Kasu, je n’ai rien contre Baiona et j’étais très content d’écouter les commentaires de Xexili, c’était réjouissant pour tout le monde. Mais depuis que Xexili a laissé le micro, l’euskara a disparu de Jean Dauger et c’est bien dommage.

Ton endroit préféré pour passer un bon moment en euskara?

Je passe beaucoup de temps en euskara avec mes enfants, on aime bien se promener autour du lac Marion. On fait aussi du vélo au bord de la Nive entre Basusarri et Baiona.

Participes-tu au festival Mintzalasai?

Oui, ils m’appellent tous les ans et je participe avec grand plaisir en proposant du matériel de jeux et en passant un bon moment au lac Marion. Nous participons aussi au Glisseguna organisé par Seaska.

Quelque chose que tu détestes?

Je ne déteste pas beaucoup de choses… Peut-être les âneries que certaines personnes disent à propos de l’euskara, par exemple l’attaque de l’Etat français contre l’enseignement en immersion. Ici, avant de parler français, on parlait en euskara et maintenant le français prend le dessus. Voilà ce que je déteste.

Quelque chose que tu aimes?

J’aime faire la fête, c’est mon oxygène. Je travaille beaucoup donc c’est vrai que la fête me fait du bien. J’aime aussi passer du temps avec mes enfants.

Une anecdote liée à l’euskara?

Quand j’étais au lycée agricole d’Hasparren, j’étais le seul bascophone de la classe et mes camarades se moquaient de moi, ils m’appelaient "le basque". Dix ans plus tard, j’ai revu ces camarades en train de vendre des talos à Herri Urrats ou en train de travailler pour l’Ikastola de leurs enfants et je ne peux pas m’empêcher de sourire, en pensant que c’est un beau parcours de vie.

Un de tes rêves?

Vu que nous sommes à Aguilera, je dirais que je rêve d’une équipe de rugby basque plus puissante, qui surmonterait les séparations, comme l’équipe Munster en Irlande par exemple.


La musique m’a conduit à l’euskara

Portraits

La musique m’a conduit à l’euskara

Nous avons trouvé le groupe Willis Drummond à Lekorne, entre les fortes vibrations que procure la musique en direct. Après leur répétition et avant leur concert, le chanteur Jurgi Ekiza (Bayonne, août 1980) a accepté de répondre à nos questions, devant la buvette prévue pour la soirée.

Des deux côtés de l’objectif

Portraits

Des deux côtés de l’objectif

C’est sur le vieil ordinateur de son père que Lukas a édité ses premières vidéos quand il était au collège. Depuis, il a toujours gardé un lien avec l’image et Lukas Hiriart (Bayonne, 1998) n’a pas eu de problème à passer d’un côté à l’autre de l’objectif. Il a récemment créé le média BADA avec ses amis, afin de proposer des actualités en euskara sur les réseaux sociaux.

L’euskara roule sur les pistes cyclables

Portraits

L’euskara roule sur les pistes cyclables

Aña-Mari Grenié (Biarritz, 1954) est arrivée à vélo en zigzaguant entre les touristes, jusqu’à la plage du Vieux Port. Cette biarrote connaît tous les recoins et les histoires de sa ville sur le bout des doigts. Elle est d’ailleurs une interlocutrice en or pour témoigner les évolutions, positives et négatives des dernières années.

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Portraits

La musique, vecteur d’émotions et de langues

Dans la grande famille des artistes basques, nous retrouvons le nom Robles Aranguis écrit en rouge et en grand. Naia Robles (1968 Baiona) a grandi entourée de musiciens et de chanteurs et est souvent montée sur scène accompagnée de sa famille. Nous nous sommes retrouvés dans le jardin botanique de Baiona pour parler de transmission, de musique et d’amour.

L’euskara, le meilleur des chocolats

Portraits

L’euskara, le meilleur des chocolats

Il y a quelques années, le chocolatier Florian Benac (Bègles, 1985) ne connaissait rien sur le chocolat, ni sur l’euskara, ni sur la chocolaterie Cazenave dans laquelle il travaille aujourd’hui. Par amour, il est arrivé en Labourd en 2014 et il est vite devenu le plus doux des chocolatiers. Il nous a proposé une visite guidée à l’odeur chocolatée dans le laboratoire de Bayonne.

Dans l'arc-en-ciel des langues, l’euskara est ma couleur

Portraits

Dans l'arc-en-ciel des langues, l’euskara est ma couleur

Ana Imaz (1996, Donibane Lohizune) nous a donné rendez-vous au numéro 6bis de l’avenue Jouandin de Bayonne Nord. Son joli défi, en travaillant dans l’association Libreplume, est de partager l’envie de lire avec les enfants, les jeunes et les familles du quartier.

Zigor:

Portraits

Zigor: "Je suis le fils d’une langue qui a fait un peuple"

Après avoir inauguré son expo, l’artiste Zigor (Aretxabaleta, 1947) nous a accueillis à la porte de la merveilleuse salle Bellevue de Biarritz. Au milieu des œuvres de son exposition EGU ITURRIA, il a pris un moment pour répondre à nos questions, comme dans un voyage poétique.

Conversation en basque

Conversation en basque

  • 01 Décembre | 18:30 | Bayonne

Décembre 2021 (Abendua)

L M M J V S D
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Janvier 2022 (Urtarrila)

L M M J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
Aujourd'hui | Gaur

Février 2022 (Otsaila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28
Aujourd'hui | Gaur

Mars 2022 (Martxoa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Avril 2022 (Apirila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Mai 2022 (Maiatza)

L M M J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
Aujourd'hui | Gaur

Juin 2022 (Ekaina)

L M M J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Juillet 2022 (Uztaila)

L M M J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Août 2022 (Agorrila)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
Aujourd'hui | Gaur

Septembre 2022 (Iraila)

L M M J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
Aujourd'hui | Gaur

Octobre 2022 (Urria)

L M M J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
Aujourd'hui | Gaur

Novembre 2022 (Azaroa)

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
Aujourd'hui | Gaur